Mon premier mondial, celui du Chasselas

| 1 août 2017 | 0 Comments
Aigle le 2 juin 2017 Château d'Aigle dans le cadre du Mondial du Chasselas  dégustation du jury  ©2017,studio edouard curchod, tous droits réservés

Aigle le 2 juin 2017 Château d’Aigle dans le cadre du Mondial du Chasselas dégustation du jury ©2017,studio edouard curchod, tous droits réservés

Ça y est ! J’ai participé à mon premier mondial et j’en suis assez fier. Ni foot, ni pétanque ni badminton pour ce mondial, mais du Chasselas. Ce cépage blanc fait les beaux jours des vignerons suisses et c’est fort logiquement que le Mondial, organisé depuis 2010 par l’Association pour la Promotion du Chasselas, présidée par Frédéric Borloz, s’est déroulé à Aigle, charmante commune du Chablais Vaudois, quasiment frontière entre les cantons de Vaud et du Valais. Cantons où se situent quelques-unes des grandes appellations du pays réparties au cœur de vignobles typiques comme La Côte, le Chablais, le Lavaux (spectaculaire et classé par l’Unesco) ou encore Martigny dans le Valais avec les vignes accrochées à flanc de montagne sur la route des grands cols. Au cours de ce mondial, les 83 jurés (43 de nationalité étrangère dont votre serviteur), ont dégusté à l’aveugle 791 échantillons dont 694 vins suisses, 70 allemands, 23 français, un canadien, un hongrois, un américain et un mexicain. 208 vins ont été distingués: 152 par l’or et 56 par l’argent.
J’ai donc dégusté 80 échantillons sur deux matinées pour une très intéressante découverte de la diversité des vins issus du Chasselas. Car, s’il est avant tout un vin frais, plaisant, qui présente des notes de minéralité et de fleurs blanches, les différents terroirs dont ils sont issus et les styles de vinification proposent des vins aux typicités plus accentuées, avec des beaux arômes de fruits à chaire blanche, mais aussi des notes citronnées et parfois exotiques. Expérience passionnante: la dégustation, le deuxième jour, d’une vingtaine de vieux millésimes de 1976 à 2010, avec des évolutions surprenantes au fil des ans, complexité aromatique, notes d’encaustique, de miel, de confit. Une belle découverte du potentiel de ces vins que l’on considère comme des vins «de l’année» alors que la dégustation nous a prouvé que nombre d’entre eux pouvaient se bonifier en prenant de l’âge. Une chose est certaine, le millésime 2015 était beaucoup plus agréable à déguster que le millésime 2016… Reste à savoir comment sera apprécié, l’an prochain, le millésime 2016 par rapport au millésime 2017! Une organisation tirée à quatre épingles, «à la Suisse» nous glissait à l’oreille un ami dégustateur belge, qui a permis aussi de partir à la rencontre de deux vignerons exceptionnels: Bernard Cavé, à Ollon, qui compte parmi les grands vinificateurs du canton de Vaud et Gérald Besse, à Martigny, qui nous a proposé avec une grande générosité la dégustation de la totalité de ses vins. Un grand moment de convivialité et de plaisir. Alors n’hésitez pas une seconde et si vous passez du côté de la Suisse, allez visiter une ou deux caves pour prendre du bon temps et, peut-être, découvrir ce cépage doré et aromatique qu’est le Chasselas.

Michel Egea
Article paru le 1er août 2017 sur le site Destimed.fr

Tags: , ,

Category: Mondial du Chasselas 2017

Laisser un commentaire